< Toutes nos actualités

Partager

L’éducateur d’IME donne un coup de main à l’ESAT et change de métier

Appelé en renfort dans un ESAT au début de la crise sanitaire, Benjamin Morfouasse a saisi l’opportunité d’un appel à candidatures pour changer de vie professionnelle. L’éducateur de l’IME de Tréguier est aujourd’hui moniteur de l’atelier maraîchage bio à esatco Paimpol.

Le hasard fait parfois bien les choses. Au printemps dernier, à l’heure où sonne le premier confinement lié à la crise du Covid-19, Benjamin Morfouasse, éducateur spécialisé à l’IME de Tréguier, est sollicité par sa direction pour prêter main forte à l’équipe de l’atelier maraîchage bio à esatco Paimpol. « Cela faisait quelques temps que je souhaitais découvrir un ESAT au sein de l’Adapei-Nouelles Côtes d’Armor, souffle le jeune salarié de 29 ans. L’occasion s’est présentée et je me suis empressé de répondre favorablement à la demande d’Annelyse Le Morvan (directrice-adjointe de l’IME). »

Benjamin Morfouasse n’imagine pas un seul instant que sa décision va bouleverser sa vie professionnelle. En immersion à l’atelier maraîchage durant six semaines, l’éducateur est séduit par l’activité et adhère très vite aux projets de l’établissement. « Le bio, ça me parle. Je suis issu du milieu agricole, confie le natif de Plénée-Jugon qui a grandi dans la ferme familiale tenue par son père à qui il n’hésite pas encore aujourd’hui à donner un coup de main dès qu’il en a l’occasion. Dans un coin de ma tête, j’ai toujours gardé l’idée de renouer avec mes racines. En travaillant à l’ESAT de Plourivo, tout a pris sens. Et lorsque le poste de moniteur à l’atelier maraîchage s’est libéré, j’ai saisi l’opportunité. J’ai tout de suite postulé et ma candidature a été retenue. »

Un pari réussi

Après six années passées à l’IME où il avoue s’être « enrichi sur le plan personnel et professionnel », l’éducateur change de cap et prend un nouveau départ. « Un tournant dans ma carrière, dit-il. Il faut déconstruire tout ce qu’on a appris et à l’inverse, il faut acquérir d’autres connaissances avec tous les enjeux liés à la production et au monde du travail. »

Pour mieux appréhender son nouveau métier, Benjamin Morfouasse visite des entreprises maraîchères, se forme à l’organisation et à la planification des cultures par le biais du Groupement des Agriculteurs Biologiques des Côtes d’Armor (GAB 22). « Au fil des jours, je découvre de nouvelles problématiques, de nouveaux enjeux. J’apprends beaucoup au contact des autres salariés de l’ESAT et des personnes accompagnées. Je suis en poste depuis le 1er décembre et je ne regrette pas d’avoir franchi le pas. C’est un pari réussi. Le confinement a été plutôt bénéfique pour moi, il m’a servi de tremplin dans ma vie professionnelle. »

Articles récents

Des ruches et des abeilles ont élu domicile à Trédarzec

Au cœur d’une démarche de biodiversité, trois ruches ont été installées en juin dernier sur un site de 7000 m2 qui surplombe l’ancienne masure de...

esatco Loudéac déroule le tapis rouge aux médaillés du travail

Dans un décor chic, digne du festival de Cannes, 34 professionnels d’esatco Loudéac ont été mis à l’honneur. La palme est revenue à Michèle Le...

Aurélie Surlève, de l’ESAT au CDI en quelques jours

En poste à l’ESAT de Saint-Brieuc depuis plus de dix ans, Aurélie Surlève a signé un contrat en CDI en qualité d’agent d’entretien à l’IME...